fbpx
protéger son journal
Journalyse

5 solutions pour protéger votre journal

Dernièrement, j’ai eu plusieurs retours sur le problème de la confidentialité.

Protéger votre journal est une préoccupation récurrente et particulièrement pour ceux qui commencent avec cette pratique. Quelqu’un m’a d’ailleurs confié hier ne pas s’autoriser à tenir un journal de peur d’être lu.

Moi-même, à mes débuts, je me souviens avoir été si effrayée par l’idée que l’on puisse me lire que je me cachais pour écrire.

Il est pourtant essentiel que vous vous sentiez à l’abri. Votre journal doit refléter un espace sécurisant, un lieu qui n’appartient qu’à vous, inviolable et à l’écart du monde extérieur.

Si ce n’est pas le cas, vous ne vous autoriserez pas à être entièrement honnête et en vous censurant, vous ne pourrez pas profiter des bienfaits qu’il peut vous apporter.

Pour écrire sereinement, il est donc indispensable de trouver dès le départ une solution pour protéger votre journal.

Voici quelques suggestions:

1. Gardez cette activité secrète

Car après tout, qui a besoin de savoir que vous tenez un journal? Vous n’avez pas à annoncer à votre entourage que vous avez pris la décision de coucher sur le papier vos pensées profondes. Ce n’est pas comme si vous vous mettiez à jouer de la batterie ou au triathlon, il est tout de même assez aisé de le faire discrètement. De plus, cette activité étant relativement inhabituelle pour notre époque, les probabilités qu’ils y pensent restent relativement minces.


2. Puis, mettez les choses au clair

Lorsque j’ai commencé à tenir un journal, il y avait effectivement cette peur d’être lue qui était forte, mais j’éprouvais aussi – allez savoir pourquoi – une sorte de honte. L’idée que l’on puisse savoir que je faisais ce travail sur moi-même m’embarrassait au plus haut point. Heureusement, comme le journal développe la confiance en soi, j’ai vite dépassé ce blocage.

Si comme moi, vous vivez à plusieurs sous le même toit, viendra donc un moment où vous n’aurez plus l’envie ni le besoin de vous cacher.

Ce sera aussi un moment de vérité.

À mesure que vous avancez dans votre développement personnel, vous prenez conscience de l’importance de votre entourage. Je n’ai plus peur aujourd’hui de laisser trainer mon journal car j’ai confiance envers la personne qui partage ma vie. Je sais qu’il n’ira pas fouiner dedans, tout simplement parce que je lui ai demandé de ne pas le faire. Il respecte mon intimité et cette qualité est l’une des forces de notre relation. Mais si, une fois votre journal apprivoisé, vous n’arrivez toujours pas à vous sentir en sécurité dans votre couple, sans doute est-ce le signe qu’il y a quelque chose de plus profond à travailler.

Finalement, je crois que le cocon que vous vous créez avec votre journal s’étend petit à petit dans votre vie. Naturellement, vous aurez aussi besoin de vous entourer de gens avec qui vous vous sentez bien.


3. Hors de vue, hors de l’esprit

Qu’on soit d’accord, même le plus loyal d’entre nous n’en reste pas moins humain. Si vous passez votre temps à agiter votre journal sous le nez de vos proches, il y a de fortes chances qu’à un moment donné, la curiosité l’emporte.

Trouvez un endroit hors de vue pour protéger votre journal d’un coup d’oeil indiscret. Vous pouvez simplement le ranger sans un tiroir de votre bureau, un placard ou même une boite à chaussures. Il saura se faire vite oublier!


4. Faire diversion

J’utilise systématiquement un cahier A5 Leuchtturm car je suis sensible à la qualité du papier et j’aime ses pointillés à peine visibles. Mais niveau camouflage, on peut faire mieux! C’est typiquement le genre d’image qu’on visualise quand on pense à un journal. La personne qui tomberait par hasard dessus saurait immédiatement de quoi il s’agit.

En revanche, une lectrice m’a indiqué utiliser un cahier scolaire, type grand format/grands carreaux. Pour peu qu’il y ait écrit SCIENCES ECO, voir même COMPTA en couverture, vous avez toutes les chances de passer incognito 😉

Une autre astuce que je recommande souvent est celle des boites faux-livres qui font parfaitement illusion dans votre bibliothèque. On en trouve facilement pour quelques euros sur internet et ont en plus l’avantage de se verrouiller avec un code.


5. Le bon vieux verrou

Aux grands maux les grands remèdes.

Car malgré la chance d’avoir toute confiance en mon homme et l’habitude de ne pas laisser (trop) trainer mon journal, il y a une chose en particulier à laquelle je dois rester très vigilante: ma soeur.

Et autant cela ne me dérangerait pas tant que ça que mon mari feuillette mon journal (il m’arrive même de lui lire certains passages), autant je détesterais que quelqu’un d’autre que lui le fasse.

Ma soeur étant particulièrement curieuse et souvent à la maison, j’utilise donc maintenant l’artillerie lourde pour protéger mon journal: le bon vieux verrou.

J’ai longtemps cherché la solution idéale. Je m’étais d’abord orientée vers un bureau type secrétaire car j’aimais l’idée d’avoir tout un espace consacré à l’écriture. Mais j’aime être mobile, je n’avais pas envie d’être dépendante d’un coin de la maison. J’ai donc opté pour un écritoire de voyage qui ferme à clé et dans lequel je peux regrouper tout mon nécessaire de journalyse 😉 . Un objet ancien que je chéris et que je peux amener avec moi en vacances. De quoi rester sereine même dans un autre environnement!


Priorité à votre intimité

protéger votre journal

Comme on l’a vu plus haut, protéger son journal est essentiel. Le moindre doute vous empêchera, consciemment ou inconsciemment, d’aborder certains sujets importants.

Alors autant s’assurer dès le départ qu’il est en lieu sûr!

Et vous? De quelle manière protégez-vous votre intimité?

  • 49
    Partages

2 commentaires

  • Nicolas

    Merci pour cet article et cette vision très personnelle de ce qui est pour beaucoup d’adolescent un “outil” de délivrance psychologique 😉

  • Carine

    Je crois que la peur d’être lu concerne beaucoup de gens, même lorsqu’il ne s’agit pas d’un journal intime. Beaucoup d’écrivains ne voudraient pas que l’on lise leur manuscrit tant qu’ils n’ont pas encore mis le point final… et corrigé au moins 12 fois. L’écriture a toujours quelque chose d’intime… et évidemment d’autant plus avec le journal intime. J’aime beaucoup l’astuce du cahier d’écolier avec la mention “Compta”, c’est sûr que personne n’aura l’idée de venir y fouiner !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez mon guide gratuit pour bien démarrer votre journal -->